Qu’est-ce qu’une consultante en savoirs collectifs?

« Qu’est-ce que ça mange en hiver » une consultante en savoirs collectifs, vous dites-vous? Eh bien, je fais le pari que nous allons répondre à cette question ensemble!

J’ai été consultante à plusieurs reprises depuis 2004, et j’ai côtoyé plusieurs consultants également. Je sais qu’une consultante adoooore ses clients, clients qui sont généralement des représentants d’organismes sans buts lucratifs ou d’institutions publiques. Je les adore du fait que je suis curieuse et que, chaque fois, ils me projettent devant une question ou une situation problématique dont l’issue parait incertaine. Quelle chance : ne pas comprendre et se trouver en face de quelqu’un qui, comme moi, souhaiterait comprendre un peu plus!

Mais ce n’est pas tout de vouloir comprendre, encore faut-il que la problématique de départ soit bien formulée. Je pose alors plein de questions. Et je cherche à apprendre même dans les silences. Mais je n’invente rien : je fais travailler mes clients (oui! Oui!) pour qu’ensemble nous puissions mieux distinguer les sommets atteints (« ce qu’on sait qu’on sait ») des sommets à gravir (« ce qu’on sait qu’on ne sait pas »). Et parfois, face à des paysages incongrus dont la voie à prendre n’est pas évidente (« ce qu’on ne sait pas qu’on ne sait pas »), nous parvenons à cibler un point de chute à l’horizon.

Puis, peu à peu, nous traçons les conditions permettant de se rendre au point de chute ciblé. En général, ces conditions signifient de planifier, de coconstruire, de traduire et de partager des connaissances, ou même d’évaluer différemment la valeur de ce qu’on est en train de faire. En tant que consultante en savoirs collectifs, je peux vous aider à tracer votre voie. Je peux également marcher avec vous pour aiguiser votre regard à percevoir différemment votre environnement.

Le fait de mentionner que les savoirs avec lesquels je transige sont collectifs rappelle qu’ils sont d’origines multiples. Ils englobent ainsi des connaissances plus théoriques, mais aussi des savoirs-être et des savoirs-faire. Le terme « collectifs » renvoie de même au fait que nous visons une prise en charge citoyenne de ces savoirs et une contribution, aussi mince soit-elle, à plus de justice sociale.

Vous voyez que je connais somme toute déjà un peu mon métier. Mais nous avons encore beaucoup à apprendre sur la manière dont nous pouvons collectivement mieux cibler les changements sociaux à opérer et mieux mobiliser les savoirs pour y parvenir. Êtes-vous prêt à m’aider dans cette voie?

Et vous, à quel changement cherchez-vous à contribuer? Avez-vous réuni toutes les conditions pour y parvenir?